Emplois et actualités

IMAGE 3

Thomas LECORRE

Depuis maintenant deux ans, Thomas Lecorre intervient chez Pro Format Sport pour sensibiliser nos BPJEPS aux pathologies chroniques et aux bienfaits du sport santé. Son credo : montrer à nos étudiants le rôle prépondérant qu’a à jouer un éducateur sportif dans l’acquisition d’une hygiène de vie saine.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le réseau ODE ?

Je suis actuellement éducateur médico-sportif au sein du réseau ODE – Obésité et diabète de l’enfant –, réseau dont l’action couvre tout le Haut-Rhin et s’applique à la prévention et la prise en charge des maladies chroniques des 0 à 18 ans, comme le diabète, l’asthme et l’obésité. Nous sommes une équipe de 15 personnes composée de médecins, d’infirmières, de psychologues, de diététiciennes et d’éducateurs sportifs… Nous suivons au total plus de 600 enfants. Une prise en charge qui prend en compte l’enfant dans sa globalité (besoins, attentes, environnement), ce qu’on appelle l’éducation thérapeutique, et qui vise à le rendre autonome dans la gestion de sa maladie au quotidien.

Notre approche consiste à guider l’enfant, mais aussi sa famille, en conjuguant les différents volets de l’activité physique et d’alimentation, afin de fixer un cadre et un rythme de vie. Le rôle du sommeil et les risques causés par les écrans sont ainsi abordés, afin de mettre en place des habitudes de vie plus saines. La prise en charge est gratuite et déployée sur deux ans. A ce jour, nous intervenons parallèlement dans les écoles afin de mener des actions de prévention, mais aussi sur les villes de Mulhouse et Kingersheim à la demande des communes.

Quel est votre rôle en tant qu’intervenant à Pro Format Sport ?

J’interviens auprès des différentes promotions sur les thématiques de la santé et des pathologies chroniques  (asthme, obésité, diabète…). Mon objectif est de leur apprendre les rouages du système de santé, comme le fait que le sport peut désormais être prescrit sur ordonnance, et toutes les nouveautés qui montrent que le sport tend désormais de plus en plus vers la santé.

Leur montrer le pouvoir de la prévention et le rôle qu’ils peuvent jouer en tant qu’éducateur sportif est également un pan important de mes cours : j’insiste sur le fait qu’ils ne sont pas animateurs mais éducateurs, et doivent être en mesure d’apporter une valeur ajoutée à leur public. Un exemple tout simple : à la fin d’un cours, s’ils voient que leurs élèves mangent des barres chocolatées ou des chips pour le goûter, leur conseiller de se tourner vers des fruits. J’essaie aussi de leur apporter une ouverture d’esprit afin qu’ils se montrent à la fois attentifs et critiques au quotidien.

Un mot sur votre parcours professionnel ?

Après un DEUST Sport et intervention sociale, une licence « Développement social et médiation par le sport» et un master Activités Physiques Adaptées-Santé, je prépare actuellement un doctorat en parallèle de ma profession d’éducateur médico-sportif. J’ai commencé ma carrière professionnelle en tant qu’éducateur sportif dans le domaine de la réinsertion sociale à Strasbourg. J’ai notamment officié en centre de réinsertion et dans une maison d’arrêt. Ce qui m’a toujours intéressé : les relations sociales et le goût de l’échange, mais aussi la formation. J’aime comprendre les attentes et les envies de chacun !

Vous êtes donc un grand sportif ?

Oh oui ! Je m’entraîne tous les jours. Je pratique le judo et le crossfit : deux sports complémentaires puisque j’ai découvert le crossfit lors de ma préparation physique pour le judo.

J’aime aussi la marche, la randonnée… et je m’intéresse à la recherche et l’innovation dans le domaine de la santé. Dans cette optique, j’ai d’ailleurs ramené des gilets lestés aux BPJEPS afin de simuler un surpoids et les sensibiliser à la difficulté de pratiquer un sport normalement lorsqu’on a 10, 15 kilos en trop. Cela leur a fait prendre conscience de la nécessité de s’adapter à son public !

Comment avez-vous connu Pro Format Sport ? Que souhaitez-vous apporter aux étudiants ?

J’ai côtoyé Théo, le responsable de formation, lorsque nous étions tous les deux en master. Ils existaient déjà des liens entre le réseau ODE et Pro Format Sport, que nous avons décidé de raviver en proposant des modules santé, depuis 2 ans déjà. 

J’espère apporter aux étudiants une ouverture d’esprit, mais aussi un socle de connaissances et de compétences pour qu’ils soient en capacité de s’adapter à tout type de public (atteint de pathologie ou non). Il faut comprendre que l’environnement dans lequel la personne baigne peut entraîner des troubles psychiques, que la motivation d’une personne est fluctuante… En bref, avoir la capacité d’accompagner.

Je m’attache aussi à les sensibiliser aux repères scientifiques de base. Il s’agit de former les futurs acteurs du sport santé de demain, et de casser les clichés du sportif  qui a tout dans les muscles et rien dans la tête.

Avez-vous une devise ?

Lorsque je m’entraîne, je pense évidemment à no pain no gain. Au-delà de ça, ma plus grande fierté est de parvenir à m’adapter à quelqu’un qui n’a pas le même niveau que moi et faire en sorte qu’il progresse avec moi. Ce n’est pas toujours facile de vulgariser des connaissances théoriques et des pratiques sportives, mais c’est très intéressant et gratifiant lorsqu’on y parvient !

 

Merci Thomas !

CANDIDATER
INFORMATIONS